Publicités

L’œil du marché : “Un arrêt brutal des économies est peu probable”

La Bourse de Paris grimpait de 0,63 % mardi peu après l’ouverture, poursuivant son ascension de la veille. A 09H20, l’indice CAC 40 progressait de 45,35 points à 7.262,59 points, évoluant ainsi à des niveaux historiques. Lundi, il avait fini sur une hausse de 0,90 %, décrochant un nouveau record.

L’indice Dax de la Bourse de Francfort augmentait de 0,28 % à 16 065.10 points, vers 9H25 (8H25 GMT). Le FTSE-100 de la Bourse de Londres grimpait de 1,13 % à 7 468.08 points et le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles affichait +0,31 % à 4 348.81 points.

En ce début d’année, les opérateurs de marché reviennent progressivement dans les salles de marchés.

Comme à la fin de l’année 2021, les investisseurs surveillent principalement l’évolution de la situation sanitaire dans le monde.

“Les études sont plutôt encourageantes sur le fait que le variant Omicron entraîne moins de formes graves que le variant Delta. En outre, les vaccins sont toujours efficaces”, commentent les analystes de Saxo Banque, estimant qu’un “arrêt brutal des économies était peu probable”.

Les investisseurs tablent ainsi sur des perturbations modérées et limitées dans le temps. Pour tenter de juguler l’épidémie tout en préservant l’économie, le gouvernement a pris de nouvelles dispositions, imposant notamment trois jours minimum de télétravail par semaine lorsque cela est possible.

Les opérateurs de marché s’intéressent également de près à l’évolution de l’inflation, qui a repris de la vigueur l’an dernier. Ils s’attendent à des chiffres élevés pour l’inflation en zone en décembre.

En France, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,8 % sur un an au mois de décembre, soit le même taux qu’en novembre, a rapporté mardi l’Insee dans une première estimation provisoire.

“Ce qui va compter maintenant c’est de savoir si l’inflation va refluer au premier trimestre de cette année”, soulignent les analystes de Saxo Banque, qui relèvent “deux signaux encourageants” allant dans ce sens: “la baisse récente des prix du gaz et la fin de l’effet de base liée à la baisse temporaire de la TVA en Allemagne”.

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :