Publicités

Wall Street en baisse malgré les bonnes nouvelles provenant du marché de l’emploi

La Bourse de New York évoluait en légère baisse, prudente face à la remontée des taux et malgré la publication d’un bon chiffre de l’emploi américain. Vers 15H05 GMT, le Dow Jones, qui a signé deux records pour ses deux premières séances de l’année lundi et mardi, était quasiment à l’équilibre (-0,02 %), tandis que le Nasdaq perdait 0,43 % et l’indice élargi S&P 500, 0,12 %.

En début de séance, le marché restait soumis à deux forces contraires.

D’un côté, une bonne partie du secteur technologique était boudé par des investisseurs échaudés par la brusque remontée, lundi et mardi, des taux obligataires américains, qui se stabilisaient mercredi, à 1,65 % pour les emprunts d’Etat américains à 10 ans. Si cette inflexion témoigne d’une confiance renforcée dans la trajectoire à long terme de l’économie américaine, elle signale aussi le début d’un renchérissement du crédit. Or les sociétés technologiques ont souvent besoin d’investir massivement.

Ce nouveau contexte rend aussi un peu moins attractifs les taux de croissance qu’annoncent ces entreprises par rapport à des taux d’intérêt sensiblement plus élevés pour d’autres placements. Étaient ainsi dans le rouge le géant des semi-conducteurs AMD (-0,84 %) ou l’éditeur de logiciels Adobe (-2,96 %).

Face à ce repli de la technologie, des secteurs plus traditionnels se signalaient, en premier lieu la finance, qui profiterait d’un relèvement des taux pour restaurer ses marges. American Express prenait 0,85 % et Visa, 0,92 %.

Autre refrain déjà entonné la veille, les géants pétroliers progressaient avec les cours de l’or noir. Chevron gagnait 1,61 %, ExxonMobil, 1,71 %, et CononcoPhillips, 0,73 %. Le producteur de boulettes de minerai de fer Cleveland-Cliffs (+6,48 %) ou le groupe sidérurgique US Steel (+5,67 %) étaient aussi en verve.

Le marché de l’emploi se porte bien

Sur le plan macréconomique, la journée a bien démarré avec la publication du rapport du cabinet ADP, qui a fait état de 807 000 créations d’emplois en décembre, soit quasiment le double des 425 000 attendus par les économistes.

“C’est encourageant pour le chiffre de l’emploi de vendredi”, publié par le ministère du Travail, a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital.

L’analyste s’attendait à une “séance prudente”, dans l’attente de la publication des minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed), à 19H00 GMT.“La clé sera de savoir s’ils s’orientent vers un calendrier de relèvement des taux”, a souligné Peter Cardillo. “Les investisseurs ne s’inquiètent plus d’Omicron mais des décisions de la Fed.”

Le marché avait de l’appétit pour le spécialiste des substituts de viande à base de végétaux Beyond Meat (+4,39 % à 64,32 dollars), dont le “poulet végétal” va être commercialisé, pour une durée limitée, dans tous les restaurants américains de la chaîne KFC, le roi du poulet frit aux Etats-Unis.

Quant au constructeur de véhicules électriques Rivian (-4,19 %), il vivait mal le relèvement par Ford (-1,83 %) des objectifs de production de la version électrique son pick-up star F-150, qui entre directement en concurrence avec le modèle R1T de la start-up.

General Motors (-1,84 % à 64,53 dollars) doit, en outre, présenter une version électrique de son propre pick-up vedette, le Silverado, ce mercredi à l’occasion du CES, le salon de la tech à Las Vegas.

Toujours au rayon automobile, Nikola (+9,20 % à 11,27 dollars) surfait sur l’annonce, par le groupe USA Truck, d’une commande de dix de ses camions électriques, avec option pour 90 véhicules supplémentaires.

Autre commande, d’avions celle-là, à Boeing (+1,59 % à 217,00 dollars). La compagnie américaine à bas coûts Allegiant Air a signé pour 50 exemplaires du 737 MAX et posé une option pour 50 appareils supplémentaires de la même famille.

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :