Publicités

Les prix alimentaires ont augmenté de 28% dans le monde en 2021

En décembre, ces prix ont légèrement fléchi, sur un mois, mais restent supérieurs de 23,1% à leur niveau d’il y un an, poursuit la FAO dans un communiqué.

Le mois dernier, l’indice FAO des prix alimentaires a baissé de 0,9% par rapport à novembre, à 133,7 points contre 134,9 points un mois plus tôt.

L’indicateur, qui suit la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base, reste proche de son niveau record (137,6 points), enregistré il y a dix ans, en février 2011. Il reflète les prix à l’exportation.

La baisse des prix de décembre sur un mois a été nette pour les huiles végétales (-3,3%) et le sucre (-3,1%). Elle a été plus faible pour les céréales (-0,6%).

Sur cette période, les prix de la viande sont restés globalement stables. Seuls les prix des produits laitiers (+1,8%) ont progressé.

Mais 2022 s’ouvre dans “l’incertitude”. “Il est vraiment impossible de savoir si nous aurons des marchés plus faciles cette année”, a déclaré à une journaliste de l’AFP Abdolreza Abbassian, économiste principal à la FAO.

“Normalement” des prix hauts devraient conduire à une augmentation de la production, souligne-t-il. Mais le coût élevé de l’énergie et des intrants, la pandémie mondiale en cours et les conditions climatiques de plus en plus incertaines “laissent peu de place à l’optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables” en 2022, dit-il.

Le petit repli des prix en décembre était “attendu car généralement l’activité commerciale est moindre en fin d’année”, explique l’économiste. Mais les prix des denrées alimentaires à l’exportation se sont situés à des niveaux élevés “tout au long de 2021”.

“Toutes les catégories de produits ont fortement monté”, notamment en raison d’une forte demande, relève-t-il.

Sur l’ensemble de l’année, l’indice des prix des huiles végétales a ainsi bondi en moyenne de près de 66% par rapport à 2020, atteignant son plus haut niveau jamais enregistré.

Celui des céréales a atteint son plus haut niveau annuel depuis 2012, avec une hausse de 27,2% par rapport à 2020. Le cours du maïs a notamment enregistré une progression de 44,1% et celui du blé de 31,3%. En revanche, le prix du riz a baissé de 4%.

Le sucre a lui aussi connu une vigoureuse progression de 29,8% par rapport à l’année précédente et il a atteint son plus haut niveau depuis 2016.

Par rapport à 2020, l’indice des prix de la viande a augmenté de 12,7% sur l’ensemble de l’année. Et celui des produits laitiers de 16,9%.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :