Publicités

Les Bourses européennes dans le rouge vif, le Bel 20 se maintient de justesse au-dessus des 4 300 points

En baisse à l’instar de ses voisines européennes et de Wall Street, la Bourse de Bruxelles perdait 0,83 %, le Bel 20 terminant à 4 308,60 points avec 17 de ses éléments dans le rouge, emmenés par WDP (40,40) et arGEN-X (294,60) avec des reculs de 1,94 % et 2,51 %. Galapagos (45,74) reculait de 1,16 %, Solvay (105,40) et UCB (96,16) de 0,75 % et 1,09 %. AB InBev (55,14) reperdait 1,54 % alors que KBC (79,40) et Ageas (48,22) se démarquaient par des hausses de 1,51 % et 0,42 %.

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse de 1,72 %, accusant le coup du changement de ton de la Réserve fédérale américaine qui se dirige vers la mise en place d’une politique monétaire plus stricte. L’indice vedette CAC 40 a perdu 126,71 points à 7 249,66 points. La veille, il avait terminé en hausse de 0,81 %, atteignant un record absolu en séance et en clôture.

A la Bourse de Francfort, le DAX accusait également le coup avec un recul de 1,35 % à 16 052,03 points. Du côté de la Bourse de Londres les pertes étaient de 0,88 %, le FTSE-100 s’affichant à 7 450,37 points.

L’avis du Broker pour Merck, Sanofi, Roche, Nestlé et Fedex

Merck (+2,4 % à 78,9 dollars) est confirmé en tant que leader pharmaceutique possédant un très important pipeline de médicaments à tous les stades des essais cliniques. “Son médicament contre le cancer (Keytruda) est le deuxième produit le plus vendu au monde.”

Sanofi (-5,2 % à 84,01 euros) fait son retour en raison d’un pipeline très diversifié d’environ 80 projets à tous les stades du développement. “La croissance du chiffre d’affaires a repris de la hauteur depuis 2020, avec un dividende qui est régulièrement révisé à la hausse.”

Roche (-0,3 % à 403 francs suisses) reste apprécié pour sa capacité à dégager une marge bénéficiaire parmi les plus élevées du secteur. “Les ventes ont été stimulées par la crise sanitaire, et le groupe helvète possède une très large gamme de produits en développement.”

Toujours en Suisse, Nestlé (-0,2 % à 125,72 francs suisses) fait également son retour en raison de sa position de leader dans l’industrie agroalimentaire, de son profil de croissance défensive, et de sa capacité à augmenter régulièrement son dividende depuis plus de soixante ans.

Enfin, Fedex (+0,1 % à 262,25 dollars) fait son entrée, en tant que leader mondial dans le transport express. “La valorisation a été mise sous pression en raison d’éléments qui sont qualifiés de temporaires par la direction, notamment la pénurie de main d’œuvre sur le marché américain.”

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :