Publicités

Nouvelle acquisition pour le fabricant de bracelets pour festival Orakel, la troisième fois en deux ans

Orakel, basé à Retie, est un nom connu dans le secteur des événements. L’entreprise fabrique des bracelets, des jetons, des jetons et des badges pour les festivals, mais aussi des dossards pour les événements sportifs, des panneaux et des lanyards. L’entreprise affirme être le “leader mondial du marché” et livre dans une centaine de pays.

La pandémie de Covid-19, au cours de laquelle de grands événements ont été interdits ou des restrictions ont été imposées, a eu un impact majeur sur Orakel, qui a connu des années déficitaires. Mais c’est précisément la raison pour laquelle le groupe a élargi ses horizons : au cours des deux dernières années, il a racheté trois entreprises et, entre-temps, il a déjà de nouveaux objectifs concrets en vue.

Nous avons connu deux années difficiles“, déclare Sofie Hermans, directrice commerciale. “Ensuite, vous pouvez soit rester immobile et attendre, soit chercher d’autres choses et passer à l’attaque vous-même. Nous avons donc exploité un grand nombre de nouveaux segments et marchés.

Diversification de l’activité

Par exemple, Orakel a déjà acquis Jecobel (fabricant de jets de foire) et Eurotag (étiquettes clés pour l’industrie automobile). La dernière acquisition de ce mois est Badgeman Printing de Drogenbos, qui fabrique notamment des badges d’identification pour le monde des affaires.

Nous n’étions pas encore très impliqués dans les badges. Nous ne l’avons fait qu’un peu pour des événements et des compétitions sportives“, explique le PDG Dirk Spooren. “Badgeman est plus actif dans le monde des affaires, comme les hôtels et les banques. Nous nous adressons à un public complètement différent avec ça.

Oracle ne divulgue pas les détails financiers de ces transactions. Le groupe disposait d’une bonne trésorerie et pouvait compter sur l’aide de sa banque et de la Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV), explique M. Spooren.

Le groupe Orakel, qui, outre Orakel, Jecobel et Eurotag, comprend également b-token (jetons), a transféré toutes les activités acquises vers son siège à Retie. Cela se fera désormais aussi avec les machines et trois employés de Bridgeman.

En Belgique, Orakel emploie un total de quarante personnes. En outre, le groupe compte une vingtaine d’employés dans sept bureaux étrangers, au Royaume-Uni, en France, en Pologne, en Grèce, en Hongrie, en Norvège et en Afrique du Sud. En 2019, avant la crise du corona et les acquisitions, Orakel a comptabilisé un chiffre d’affaires de 7,6 millions d’euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :