« Nous, responsables de crèches, privilégions l’enfant, et nos employeurs l’aspect lucratif »

« Nous sommes pris en étau » entre des gestionnaires qui se concentrent sur les chiffres et des équipes épuisées, explique, dans une tribune au « Monde », Pauline Costemalle, une directrice d’établissement.
%d blogueurs aiment cette page :