Procès en appel dans l’affaire d’espionnage chez Ikea: prison avec sursis requise contre l’ancien PDG

« La direction était bien impliquée »: lors du procès en appel dans l’affaire dite d’espionnage de salariés chez Ikea France, le parquet général a requis vendredi deux ans de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende à l’encontre de son ancien PDG, jugé avec trois autres prévenus.
« Ce n’étaient pas des initiatives locales mais nationales (…) avec toute une série de magasins [visés] et la direction générale était bien impliquée », a souligné l’avocat général Henri Génin lors de ses réquisitions devant la Cour d’appel de Versailles, balayant d’un revers de la main la thèse de « l’œuvre d’un seul homme ».
C’est cette hypothèse qui a été avancée jeudi par plusieurs des prévenus pour se dédouaner de leur responsabilité dans ce dossier qui avait fait grand bruit en 2012, après les révélations du Canard enchaîné, puis en 2021 lors du procès en première instance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :