Economie

Comment expliquer la faillite de la Silicon Valley Bank

OPINION. Le 11 mars, les régulateurs californiens ont déclaré la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB), qui était la 16e banque américaine avec 212 milliards de dollars d’actifs ; un événement qui s’apparente à la deuxième plus grande faillite de l’histoire des États-Unis (après la Washington Mutual Bank, qui a fait faillite en 2008) d’après l’Associated Press. Après la SVB, les autorités de régulation américaines ont fermé la Signature Bank, qui gérait des cryptomonnaies et faisait partie des 30 premières banques américaines avec 110 milliards de dollars d’actifs. Quelles en sont les raisons ? Peut-on craindre d’autres faillites au sein du système bancaire américain ? Par Timur Turlov, PDG de Freedom Holding Corp