Publicités

E. Cesari : « Les start-up nous aident à anticiper les usages »

Vous avez souhaité associer des start-up aux deux éditions d’Inventons la métropole du Grand Paris ?

L’axe principal a consisté en effet à associer les start-up dans le cadre de l’appel à projets  européen « Inventons la métropole du Grand Paris », aussi bien dans sa première édition, pour laquelle la sélection des lauréats est achevée que pour sa 2° édition, que nous sommes en train de coconstruire. L’innovation est le véritable ADN de cet appel à projets et doit être mise au service des enjeux qui s’imposent à nos territoires aujourd’hui.

Eric Cesari, vice-président de la métropole du Grand Paris. © Jgp

Comme pour la première édition, dans le cadre de la 2° édition d’« Inventons la métropole du Grand Paris », des meet-up permettent de mettre en relation des grands groupes, constructeurs, architectes, promoteurs, avec les start-up, qui n’ont pas forcément accès naturellement à ces acteurs. Cela aboutit à des mariages de raison, mais sans aucun doute pour le bénéfice de tous, de sorte que nous obtenions d’entrée de jeu une réponse globale, complète, aux projets portés par les maires. Anticiper les usages de demain, préparer la transition énergétique, promouvoir une écriture architecturale à la fois audacieuse et respectueuse des identités multiples du Grand Paris représentent les enjeux inhérents à la consultation.

Dans le cadre de la 2ème édition d’Inventons la métropole du Grand Paris, le président Ollier a souhaité, parce que c’était une demande commune, des opérateurs et start-up, que nous commencions dès le début de la consultation, avant même la constitution définitive des équipes, à mettre en lien les acteurs entre eux. Deux meet-up se sont ainsi tenus le 25 juin et le 14 novembre derniers sur les thématiques de l’énergie, de l’économie circulaire et de la biodiversité

Comment identifiez-vous ces start-up ?

La métropole du Grand Paris a créé, dès sa première participation à Vivatech en 2017 « Grand Paris Métropole Tech », sa communauté des acteurs de l’innovation numérique, qui constitue par ailleurs une plateforme libre ouverte, et qui favorise cette mise en contact. Daniel-Georges Courtois, Vice-Président délégué au Numérique et à la Métropole Intelligente, qui conduit la réalisation du Schéma métropolitain d’aménagement numérique pilote et soutient cette recherche. Les premiers meet-up ont connu un succès immédiat qui a alimenté le bouche-à-oreille. Aujourd’hui, La métropole s’appuie également sur différentes structures qui fédèrent ces écosystèmes, tels qu’Inno Energy, mais aussi des incubateurs métropolitains tels que Paris&Co.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de start-up intégrées à des groupements d’Inventons la métropole du Grand Paris ?

Il est difficile aujourd’hui de tenir une comptabilité exhaustive des start-up qui ont intégré, lors de la première édition, les groupements grâce aux meet-up métropolitains. Nous pouvons néanmoins en citer quelques-unes comme Dvt Up, la Belle friche, Quarnot Computing, Pure House Lap. Elles livreront d’ailleurs leurs témoignages lors d’un film que nous présenterons lors de nos prochaines rencontres. Il montrera à quel point ces coopérations sont fructueuses.

Nous avons, par ailleurs, lors de l’édition 2018 de Vivatech, décerné 5 trophées « MGP-Smart City » à 5 lauréats qui ont pu présenter leurs innovations au meet-up de juin dernier et qui pour certains comme Streetco a fini par une success story.

Où en est-on d’Inventons la métropole du Grand Paris 2 ?

Nous avons sélectionné en moyenne trois offres par site. Les groupements sont en cours de finalisation de leurs propositions, échangent avec les municipalités pour aller au bout des projets souhaités par les maires, dans un travail à trois, la métropole et son AMO, la mairie et le mandataire des groupements. Les jurys de sélection des gagnants se réuniront en fin de premier trimestre, avec une annonce des lauréats en mai prochain.

La MGP a également créé un Fonds métropolitain pour l’innovation numérique ?

La métropole se positionne en effet pour les collectivités et les acteurs du numérique en centre de ressources pour l’innovation ouverte. Avec le Fonds métropolitain pour l’innovation numérique, les collectivités peuvent agir pour le déploiement de solutions numériques innovantes à leur échelle. Début novembre, 22 projets ont ainsi été déposés par 19 collectivités. Le fonds finance des expérimentations sur des thématiques telles que la participation citoyenne, l’e-administration ou encore le stationnement intelligent. Ce fonds soutient la logique d’expérimentation pour tester des solutions réellement adaptées aux besoins locaux et représente une opportunité pour les start-upers de se rapprocher de ces collectivités pour proposer des solutions et travailler avec elles.

 

Cet article E. Cesari : « Les start-up nous aident à anticiper les usages » est apparu en premier sur Le journal du Grand Paris – L’actualité du développement économique d’Ile-de-France.


Go to Source
Author: Jacques Paquier

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :