Publicités

Quatre entrepreneures récompensées par le 1er prix du Cercle des femmes du Grand Paris

Elles s’appellent Fanny Fanou, Fanta Marena, Joséphine de Leusse et Annabelle Grousset. Elles sont franciliennes, entrepreneures et, vendredi 10 septembre à Epinay-sur-Seine, ont reçu chacune le 1er prix du Cercle des femmes du Grand Paris pour leurs projets innovants. « Nous avons la conviction que la mixité dans les instances de décision et dans les entreprises est un facteur de performance, d’innovation et d’attractivité du territoire. Elle joue également un rôle important dans l’intégration de la démocratie et de la justice sociale », a souligné Marianne Louradour, nouvelle directrice générale de CDC Biodiversité et présidente du jury. « Cette année, nous récompensons l’entreprenariat féminin pour mettre en valeur la mixité, mais aussi l’énergie et l’innovation dans les quartiers prioritaires », poursuivait-elle, entourée de plusieurs personnalités du club, dont Marianne de Battisti, membre du Comex, en charge des relations institutionnelles et de la communication d’Icade, Catherine Lescure, directrice de la communication et de la RSE d’Enedis, Borina Andrieu directrice de Wilmotte & Associés, Babette de Rozières, restauratrice et conseillère régionale d’Ile-de-France ou Sophie Iborra, directrice des relations institutionnelles de La Tribune. Alexandre Missoffe, qui a succédé à la direction de Paris-Ile de France Capitale Economique à Chiara Corazza, fondatrice du Cercle des femmes du Grand Paris, était également présent.

Remise des prix du Cercle des femmes du Grand Paris, vendredi 10 septembre, à Epinay-sur-Seine. © DR

Ainsi, dans la catégorie « mobilité et aménagement », c’est Joséphine de Leusse qui a été récompensée pour M-Work, toute jeune start-up lancée en juin visant à rendre plus flexible l’offre d’espace de travail. Son objectif est aussi de mesurer l’impact environnemental et sociétal du télétravail dans les territoires comme chez les collaborateurs.

Annabelle Grousset, quant à elle, a remporté le prix dans la catégorie « alimentaire et santé ». APA de Géant, son entreprise, se propose de réduire les inégalités d’accès à la pratique d’activités physiques tant pour les personnes âgées que très jeunes ou encore atteintes d’un handicap, et vivant parfois isolées ou délaissées dans des quartiers défavorisés. Le prix dans la catégorie « travail et bien-être » a été remis à Fanta Marena pour son projet Lil Box, assurant la distribution de livres axés sur des personnages issus de la diversité et s’adressant à la jeunesse des quartiers ; une initiative en faveur d’un monde à venir plus inclusif. Enfin, c’est dans la catégorie « habitat et environnement » que Fanny Fanou s’est distinguée avec Geominnov qui recourt à la technologie pour concevoir des solutions intelligentes et pédagogiques destinées à aider promoteurs et particuliers à rénover les bâtiments existants.

Annabelle Grousset (à gauche) et son associée. © Jgp

Fany Fannou avec Catherine Lescure, directrice de la communication et de la RSE d’Enedis.© Jgp.

Fanta Marena et Sophie Iborra, directrice des relations institutionnelles de La Tribune.. © Jgp.

Joséphine de Leusse et son associé Edouard Bouyala. © Jgp

Présent lors de la cérémonie, Hervé Chevreau, le maire (SE) d’Epinay-sur-Seine, a salué l’inventivité et le courage des lauréates face aux défis du quotidien dans un territoire qui « regorge de talents, notamment féminins ». Karine Franclet, maire (UDI) d’Aubervilliers et marraine du prix, n’a pas manqué non plus de féliciter les lauréates de leur détermination : « Il faut puiser en soi la force pour avancer, s’accrocher, faire mentir les sceptiques et progresser l’égalité. »

La ministre déléguée à la Ville, Nadia Hai, également marraine de l’événement, a par ailleurs réaffirmé l’engagement de son ministère sur les questions économiques et sociétales. « Il n’y a pas de fatalité : en France, on peut réussir à condition de s’en donner les moyens, mais aussi de savoir saisir les bons outils. C’est là que les pouvoirs publics entrent en jeu pour faciliter la rencontre entre l’offre et la demande. En co-construisant des solutions locales aux côtés des collectivités, on peut bâtir un avenir meilleur pour les administrés, a poursuivi la ministre. Cette cause des femmes dans les quartiers est centrale et constitue un élément prioritaire dans la conduite de nos politiques publiques. » Dix ans après la loi Copé-Zimmermann, relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance, le Cercle des femmes du Grand Paris est formel : dans les territoires franciliens, côté mixité, « le compte n’y est pas… »

Cet article Quatre entrepreneures récompensées par le 1er prix du Cercle des femmes du Grand Paris est apparu en premier sur Le journal du Grand Paris – L’actualité du développement de l’Ile-de-France.


Go to Source
Author: Elena Jeudy-Ballini

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :