Publicités

Portrait : Alfonsia Tosiani-Dupas, une autre approche du bien-être

Portrait paru dans le Bezons Infos, le mag n°1 de janvier 2022 – Propos recueillis par Dominique Laurent.

N’attendez pas d’Alfonsina Tosiani-Dupas des miracles. Elle ne prétend pas en accomplir ! Mais « on peut toujours guérir quelque chose qui permet d’aller mieux », affirme-t-elle. Psychologue clinicienne, elle a trop travaillé sur les mécanismes d’embrigadement des sectes pour ne pas se défier des gourous en tout genre. « Démystifier est toujours une bonne chose. Pour obtenir un résultat, il faut être deux dans ce que l’on appelle une alliance thérapeutique. » Elle a ouvert, voilà 30 ans, son cabinet rue Daniel-Baron, dans le quartier du Nouveau Bezons. Et n’a pas l’intention d’en bouger ! Des écoliers de Karl-Marx ont découvert, avec elle, la relaxation et l’auto-massage. De ses ateliers bezonnais de psycho-éducation, le dimanche matin, à la « clown thérapie », Alfonsina s’est toujours préoccupée des enfants. Son cabinet est installé au coeur de la maison familiale. On y trouve une insolite machine à coudre. « Il n’y avait pas de sous dans ma famille. Faire des études pour une fille était assez inimaginable. On avait un toit, on mangeait tous les jours, c’était déjà être riche. C’est en cousant que, étudiante, je payais mes livres. » Alfonsina a dépassé tous les obstacles. Un temps traductrice pour l’UNESCO, elle parle couramment italien, espagnol et français. Le détour par les sciences de l’éducation l’a conduite à la psychologie, à deux diplômes universitaires de 3e cycle.

Retrouver de bonnes ondes grâce au Reiki notamment

Pour ses patients, elle conçoit et réalise des outils d’accompagnement et d’auto-hypnose. 180 protocoles gravés à ce jour ! Occasionnellement superviseuse de jeunes collègues et psychiatres, accréditée par l’Institut français de l’hypnose et formée à de nombreux outils et disciplines transverses, Alfonsina intervient aussi en milieu hospitalier. Elle a travaillé dans une unité d’oncologie, en soins palliatifs. « Les infirmières et les aides-soignantes n’y bénéficient pas d’assez de soutien. » Ateliers de travail psycho-corporel (psycho-phonie et Qi Gong), cours de chant soliste à Bezons, EMDR, « un très bon outil en situation de choc post-traumatique », Alfonsina Tosiani-Dupas aime se former en permanence. « Aucune approche ne peut répondre à elle seule à l’ensemble des problématiques. »
Praticienne et maître-enseignante de Reiki, attentive aux techniques énergétiques, l’utilise-t-elle à des fins thérapeutiques ? Oui. Mais seulement auprès de ses patients ou de personnes qu’elle connaît déjà. « Je n’ai pas envie d’ouvrir une école de Reiki. Nous ne sommes pas des guérisseurs. C’est d’abord un travail sur soi, pour soi et cela rejoint les objectifs d’une thérapie. Le Reiki n’est pas la seule voie, l’énergie peut également se développer par d’autres chemins. » Puis, attention « le Reiki, au même titre que l’hypnothérapie, est une technique activatrice qui doit être mise en oeuvre par des personnes ayant de solides connaissances de notre structure psychique », insiste-t-elle.


Go to Source
Author:

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :