Publicités

Patrice Leclerc décrit son nouvel art de vivre populaire devant les Acteurs du Grand Paris

Le maire (PCF) de Gennevilliers, qui présentait mardi matin son dernier ouvrage (*) devant les Acteurs du Grand Paris réunis au nouveau siège de l’association, rue Lafayette à Paris, a indiqué que l’idée d’une réforme du Grand Paris, qui serait initiée dès le lendemain des prochaines législatives, circulait ces derniers temps. Une réforme qui, a-t-il décrit, résulterait d’un accord tacite entre l’exécutif métropolitain et le président de la République sortant pour renforcer la Métropole, afin d’affaiblir, ce faisant, le pouvoir de Valérie Pécresse à la Région et d’Anne Hidalgo à Paris. « Ce qui rendrait plus difficile la mise en place de que j’appelle le municipalisme du XXIe siècle », a estimé l’édile.

Coopératives de maires

L’élu a décrit sa vision de la nécessité d’échelons intercommunaux qui jouent le rôle de coopérative de maires, opposant des modèles de solidarité à des modèles de domination d’inspiration capitaliste.

Patrice Leclerc, maire (PCF) de Gennevilliers avec Thomas Hantz, président des Acteurs du Grand Paris. © Jgp

« Je n’ai pas la naïveté de penser que l’on peut changer le monde à partir des communes, mais il est possible de créer des rapports de force et de promouvoir de nouvelles idées à partir des pratiques communales », estime le maire de Gennevilliers. Patrice Leclerc est partisan d’une métropole « stratégique », recentrée sur deux compétences : l’air et l’eau.

Le président du groupe Front de gauche de la MGP a salué d’ailleurs la gestion par Patrick Ollier de la compétence de gestion des milieux aquatiques et de protection des inondations (Gemapi). Pour le groupe FDG, la bonne gouvernance de la Métropole serait celle qui associe, au sein d’un syndicat mixte, les communes, les Départements, la Région, mais aussi les établissements publics territoriaux. Un échelon doté de ressources nouvelles, « qui éviterait que les finances de la Métropole soient prises dans le budget des communes ». Une taxe sur les poids lourds, une taxe additionnelle à la taxe de séjour, une hausse des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) ou de la taxe Gemapi figurent parmi les pistes citées par l’élu.

Le logement social contre la gentrification

Le maire de Gennevilliers a insisté sur sa conviction selon laquelle le logement social constitue la solution, à la fois contre la gentrification, mais aussi contre les marchands de sommeil. Il a dénoncé « l’uberisation des rapports sociaux, qui ne touche pas seulement l’entreprise mais concerne la société dans son ensemble ». Il a évoqué le vœu, présenté lundi en conseil métropolitain, pour un arrêt de la mise aux enchères du foncier par les communes, afin de lutter contre la spéculation. Patrice Leclerc a souligné également l’opportunité d’une large maîtrise foncière publique pour que cesse la spéculation immobilière et la hausse des prix qui en résulte.

Patrice Leclerc. © Jgp

L’élu a indiqué que Patrick Jarry, maire (PCF) de Nanterre, et les autres élus en charge de la préparation du plan métropolitain de l’habitat et de l’hébergement (PMHH), allaient prochainement rencontrer les représentants des différents groupes politiques de la Métropole pour un premier tour de piste des positions des uns et des autres. Ce plan, qui doit définir des objectifs chiffrés de construction de logements sociaux et leur localisation, est particulièrement sensible dans le Grand Paris.

 

(*) Inventons un nouvel art de vivre populaire, de Patrice Leclerc, 150 p. aux éditions Arcane 17.


Go to Source
Author: Jacques Paquier

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :