Une charte métropolitaine pour accélérer l’économie circulaire dans la construction

La charte métropolitaine pour une construction durable, signée lundi 26 septembre au Pavillon de l’Arsenal, comporte une série d’engagements généraux : ses signataires privilégient, par exemple, un approvisionnement responsable, l’éco-conception et l’allongement de la durée d’usage. Ils feront preuve de transparence concernant les performances réelles de la filière.

Multiplier les opérations pilotes « qui vont plus loin que la réglementation et les normes, afin de faire évoluer les pratiques, à l’instar du permis d’innover autorisé par la loi Elan », figure également parmi ces engagements. L’ensemble des signataires doivent, par ailleurs, « contribuer à l’identification des espaces sous-utilisés potentiellement mobilisables, pérennes ou temporaires, dans l’objectif d’accueillir les activités d’économie circulaire (entreposage en vue du réémploi, reconditionnement, recyclage, etc.) ».

Patrick Ollier (MGP), Etienne Crépon (CSTB), Jean-François Monteils (SGP) et Xavier Lemoine (MGP). © Jgp

La signature de la charte, au Pavillon de l’Arsenal. © Jgp

Les grands donneurs d’ordres, publics et privés, s’engagent également au travers des « engagements prescripteurs » de cette charte, « à identifier l’économie circulaire comme un levier clé de l’aménagement durable, en appliquant ses grands principes : sobriété, efficience, résilience ». Ce qui passe par un développement de l’urbanisme transitoire, de l’approvisionnement local, d’une logistique durable ou de la valorisation de l’existant.

Catalogue de solutions

Au titre des engagements des « maîtres d’ouvrage », ces derniers sont invités « à redéfinir leur stratégie de développement au prisme de l’économie circulaire », à renforcer leur compétence en la matière, à favoriser les dynamiques de coopération entre différents chantiers ou encore à privilégier un approvisionnement durable auprès des filières durables et de proximité.

Une série d’engagements concerne la maîtrise d’œuvre, appelée également à promouvoir les principes de l’économie circulaire, tout comme les entreprises de travaux, la charte distinguant les engagements propres aux filière de gros et de second œuvre. Le président de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) José Ramos, présent au Pavillon de l’Arsenal, figure parmi les signataires de cette charte, tout comme le président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) Etienne Crépon ou Jean-François Monteils. Le président du directoire de la Société du Grand Paris a rappelé à cette occasion qu’il avait récemment augmenté de 25 % les objectifs de développement durable de l’établissement public, dont l’objectif est de valoriser 70 % des 40 millions de tonnes de déblais produits par le creusement des 200 km de voies du Grand Paris express, par exemple en briques de terre crue utilisées dans les quartiers de gare. « Le catalogue de solutions qui accompagne cette charte est exactement ce dont nous avons besoin », a souligné Jean-François Monteils.


Go to Source
Author: Jacques Paquier

%d blogueurs aiment cette page :