My energy manager fait parler Linky

C’est bête comme chou, et il se dit que les compteurs Linky devaient, à l’origine, en être dotés : My energy manager (MyEM), start-up lyonnaise dirigée par Pierre-Emmanuel Martin (président) et Antony Parsons (directeur général), développe des solutions de sobriété énergétique basées sur un petit écran branché sur les compteurs Linky. Un écran de la taille d’un téléphone portable, qui donne la consommation électrique d’une habitation à la fois en kilowattheures et en euros, pour peu que l’on ait renseigné son fournisseur d’énergie et le contrat afférent.

Cet outil sera bientôt en vente au tarif unitaire de 139 euros pour les particuliers. Il donne d’autres informations, consultables avec un ordinateur ou tout autre appareil connecté : il permet par exemple de connaître ses consommations hebdomadaires, mensuelles ou annuelles, et de les comparer. « Notre solution, certifiée par Enedis, permet de ne consommer que ce dont on a besoin, en voyant en direct d’où proviennent ses dépenses et l’impact de ses éco-gestes sur son budget et son empreinte carbone », indique Antony Parsons.

Huit millions de foyers utilisent cette solution outre-Manche, affirme-t-il. My energy manager permet également d’être alerté sur des anomalies de consommation, de détecter des appareils énergivores ou défectueux, ou de mesurer précisément le coût des veilles.

Antony Parsons, directeur général de My energy manager. © Jgp

My energy manager développe des solutions de sobriété énergétique basées sur un petit écran branché sur les compteurs Linky.© Jgp

Mais les deux dirigeants de la société n’entendent pas en rester là et proposent également des solutions, à l’intention des collectivités territoriales. MyEM se positionne en marque blanche, pour que la collectivité fournisse à ses administrés une énergie au tarif d’achat négocié auprès d’un opérateur sélectionné, avec des économies à la clé mesurables grâce à l’écran déporté installé chez les clients de ce réseau local. « Notre offre permet à des fournisseurs d’électricité de passer d’un taux de conversion de prospects de 1 à 30 ou 40 %, et sans doute plus », indique Antony Parsons. La commune de Faverges-Seythenex (Haute-Savoie) se serait dotée d’une telle « boucle locale ». Les dirigeants de My energy manager proposent également leurs services, en marque blanche, aux entreprises fournissant des solutions d’économies d’énergie à leurs clients ou collaborateurs.


Go to Source
Author: Jacques Paquier

%d blogueurs aiment cette page :