Publicités

Santé : se lever tôt diminue-t-il les risques de cancer du sein ?

Ne pas être du matin augmente-t-il le risque de cancer ? En ce qui concerne le cancer du sein, peut-être. Selon une étude révélée par BBC News (article en anglais) et présentée début novembre par des chercheurs britanniques à la conférence de l’Institut national de la recherche contre le cancer (NCRI) à Glasgow, l’horloge biologique pourrait avoir une influence sur les risques de cancer du sein : les lève-tôt (ou alouettes) auraient effectivement légèrement moins de chances que les lève-tard (ou chouettes). Les premières se réveillent plus tôt et ont tendance à être fatiguées plus tôt dans la soirée, les secondes ont plus de mal à se réveiller et se fatiguent plus tard.

Lire aussi Manger bio réduit bien les risques de cancer

L’expérience a eu lieu, au total, sur un panel de 410 000 femmes à travers le Royaume-Uni sur une période de huit ans. En reposant sur une méthode appelée «  randomisation mendélienne  », qui permet d’affiner les relations entre un facteur de risque et une maladie, les chercheurs ont analysé des fragments d’ADN qui déterminent si une personne est plutôt du soir ou du matin. Selon les résultats, le risque de cancer du sein était 40 à 48 % moins élevé chez les alouettes que chez les chouettes. L’étude a également mis en évidence un risque supplémentaire de cancer du sein chez les femmes qui dormaient plus longtemps que la durée recommandée de sept à huit heures par nuit, précise USA Today.

Lire aussi 40 % des cancers pourraient être évités

Il est encore «  trop tôt pour donner des conseils  »

Le docteur Rebecca Richmond, de l’université de Bristol considère que cette découverte «  est potentiellement très importante, car le sommeil concerne tout le monde est peut être facilement modifié  ». Mais il est encore trop tôt pour donner des indications à suivre pour prévenir ce risque. Le docteur Richmond explique à la BBC qu’il faut encore «  comprendre ce qui fait qu’une personne du soir court plus de risque qu’une personne du matin, découvrir la relation  ». L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déjà établi un lien probable entre la perturbation de l’horloge biologique liée aux horaires de travail décalées et les risques de cancer.

Lire aussi Troubles du sommeil : pourquoi il faut éviter la mélatonine


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :