Macron promet la plantation d’« un milliard d’arbres » d’ici à 2032

En réponse aux violents incendies qui ont ravagé l’Hexagone cet été, le chef de l’État a fait part de sa volonté de redonner vie aux forêts.

Source AFP

Temps de lecture : 3 min

Alors que 72 000 hectares sont partis en fumée cet été après de violents incendies sur l’ensemble du territoire, Emmanuel Macron a annoncé vendredi 28 octobre, lors d’une réception avec les pompiers, les élus, les pilotes d’avion, les agents forestiers et les bénévoles sur le terrain, qu’il comptait faire planter « un milliard d’arbres » d’ici à 10 ans, soit « 10 % de notre forêt », dans le but de fixer le carbone et de préserver la biodiversité.

« C’est faisable », a estimé le chef de l’État en évoquant « un formidable chantier écologique et d’aménagement de notre territoire ». Il a indiqué que serait mis en place « un dispositif de financement public » pour arriver à cette fin, souhaitant en parallèle une « large mobilisation ».

La France doit adopter une « stratégie nouvelle » de lutte et de prévention contre les incendies après les feux de forêt gigantesques qui ont marqué l’été, a déclaré Emmanuel Macron en annonçant des moyens supplémentaires. Le chef de l’État a prévenu que cet « été exceptionnel » ne « le sera peut-être pas autant » à l’avenir en raison du changement climatique. « Pour beaucoup d’entre vous, cet été fut une saison en enfer », « l’enfer des flammes, de la fatigue, de la désolation », a-t-il affirmé.

À LIRE AUSSICanicules, sécheresse, orages… L’été record de 2022, avant-goût du futur

Il a dit sa « reconnaissance » aux « familles évacuées » comme à tout le personnel engagé, à commencer par les pompiers, dont deux sont disparus cet été, le commandant Pascal Allaire en Loire-Atlantique et le lieutenant Martial Morin dans les Bouches-du-Rhône, qui « ont payé de leur vie ». Rappelant que durant l’été, 72 000 hectares ont été incendiés, « soit six fois plus que la moyenne des dix dernières années », et ce presque dans un département sur deux, il a dévoilé un plan qui prévoit notamment un renforcement des moyens des départements et des moyens aériens.

« Moderniser notre sécurité civile »

Emmanuel Macron a ainsi annoncé une enveloppe supplémentaire de 150 millions d’euros à destination des services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) en 2023, afin de renforcer la lutte contre les feux de forêt par de nouveaux moyens humains et matériels. Il a également évoqué un « plan de soutien au volontariat » dans les Sdis pour « allonger la durée pendant laquelle les entreprises pourront libérer leur sapeur-pompier volontaire », en indemnisant « mieux les entreprises citoyennes ».

À LIRE AUSSIIncendies : les pompiers tirent les leçons d’un été en enfer

Quant au « réarmement aérien d’urgence », le président de la République a évoqué un investissement de 250 millions d’euros pour une « commande inédite » de Canadair. « Nous allons investir massivement pour que d’ici la fin du quinquennat », en 2027, les douze Canadair déjà en service « soient remplacés et que leur nombre soit porté jusqu’à seize », a déclaré le chef de l’État, tandis que deux hélicoptères lourds seront prochainement acquis. 

Le renouvellement de la flotte aérienne de lutte contre les incendies était attendu notamment par la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), qui plaidait pour le doublement des moyens. « C’est plutôt positif, il y a des choses très intéressantes, comme le travail avec l’Europe ou la volonté de reconstruire nos forêts », a déclaré à l’Agence France-Presse son président, Grégory Allione. 

À LIRE AUSSIAprès les incendies dévastateurs, faut-il replanter la forêt ?

Cette « stratégie nouvelle » prévoit aussi que soit dressée « une carte nationale à la maille la plus fine » pour recenser « les zones particulièrement vulnérables », et verra l’Office national des forêts jouer un « rôle de vigie ». L’ancien ministre Hubert Falco, maire de Toulon, doit en outre conduire des travaux pour « moderniser notre sécurité civile ». Plus de 300 pompiers, maires, pilotes d’hélicoptère, bénévoles et acteurs de la société civile étaient reçus à l’Élysée comme l’avait souhaité en août le président quand il s’était rendu en Gironde, théâtre de feux de forêt très intenses.


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :