Quand des religieux mettent l’écologie au centre de leur abbaye

Dans l’Yonne, des bénédictins assurent par leurs propres moyens leurs besoins électriques, alimentaires et de chauffage, rapporte « Le Figaro ».

Par

Dans l'Yonne, une communaute benedictine peut se targuer d'une autonomie energetique grace a la construction d'une centrale hydroelectrique, le fonctionnement d'une chaudiere a bois et le suivi d'un processus de methanisation (image d'illustration).
Dans l’Yonne, une communauté bénédictine peut se targuer d’une autonomie énergétique grâce à la construction d’une centrale hydroélectrique, le fonctionnement d’une chaudière à bois et le suivi d’un processus de méthanisation (image d’illustration). © Philippe Lissac /GODONG / Godong / picture-alliance / Godong

Temps de lecture : 2 min

La sobriété énergétique voulue par le gouvernement concerne tous les Français et s’invite jusque dans les enceintes les plus pieuses. Comme l’indique Le Figaro jeudi 3 novembre, une abbaye de bénédictins, située à Sainte-Marie-de-la-Pierre-qui-Vire, dans l’Yonne, place depuis plusieurs décennies la protection de l’environnement au centre de son quotidien en s’assurant, par ses propres moyens, une indépendance énergétique.

Dès le début des années 1960, le père Athanase, qui a reçu une formation d’ingénieur à la prestigieuse École polytechnique, a lancé d’importants travaux pour constituer une petite centrale hydroélectrique. À l’aide de ses frères, il a donc fait creuser un canal long de plus d’un kilomètre afin de capter l’eau de la rivière Le Cousin, elle-même alimentée par le lac de Saint-Agnan, pour que l’abbaye soit autonome en électricité et puisse même en vendre. Pendant plusieurs années, cette centrale a même permis d’alimenter une imprimerie, qui n’est plus en fonction aujourd’hui.

En 2006, après avoir mené des travaux d’isolation, les moines se sont équipés d’une grande chaudière à bois pour parfaire leur autonomie énergétique. En grande partie grâce aux 50 hectares de plantations de l’abbaye, les bénédictins n’ont guère de mal à l’alimenter, principalement l’hiver. Mais les 35 religieux ont également recours à des achats forestiers extérieurs pour brûler les 1 600 mètres cubes de bois par an nécessaires pour assurer leur chauffage.

À LIRE AUSSIAu pays du localisme énergétique

Une indépendance énergétique… et alimentaire

En outre, les moines tiennent également un potager en permaculture constitué de tomates, salades, fraises, plantes aromatiques mais aussi de cerisiers, pruniers et framboisiers. Un petit plan d’eau constitué de grenouilles, libellules et tritons y a été aménagé, tandis que plusieurs ruches permettent la production de miel.

À LIRE AUSSIÉnergies propres – Que la montagne est verte

Durant une grande partie de l’année, le potager assure donc aux bénédictins une part non négligeable de leur alimentation. Les religieux sont également approvisionnés en lait et en fromages par la ferme du monastère, qui comporte 80 vaches laitières, précise Le Figaro. Dans une des étables, toutes les déjections des vaches sont automatiquement récupérées pour créer du méthane et permettre de produire une autre partie de leurs besoins électriques. Un bel exemple de sobriété énergétique au moment où de nombreux Français craignent une période hivernale tendue.


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :