avionavion propreÉconomies d'énergieLe turboréacteurréduction des gaz à effet de serreRolls-RoyceSciencesTechnologieTurboréacteurzéro carbone

Aviation : le moteur Rolls-Royce zéro carbone est prêt !

Le motoriste Rolls-Royce annonce que son moteur UltraFan est prêt pour des tests grandeur nature sur son banc d’essais de Derby au Royaume-Uni. Cet énorme réacteur devrait permettre de réduire la consommation en carburant de 25 %.

Le motoriste Rolls-Royce vient d’annoncer qu’il est prêt à tester son démonstrateurdémonstrateur UltraFan dès le début de l’année 2023. Pour ces tests, il a été placé sur son gigantesque banc d’essai construit sur mesure à Derby au Royaume-Uni en 2020. Ce turboréacteur double-flux à haute dilution, dit « zéro carbonecarbone », est le plus gros jamais construit. Son entrée d’airair mesure 3,55 mètres et ses immenses pales en alliagealliage carbone-titane devraient être 25 % plus économes en carburant que la première génération de réacteurs de la famille Trent du motoriste.

Lors des premiers tests sur son réducteur, la puissance de l’UltraFan avait été mesurée à 87 000 chevaux ou 64 mégawatts, soit suffisamment pour alimenter en énergieénergie une ville de près de 100 000 habitants. Ce moteur n’a pas été développé pour équiper un avion en particulier, mais plutôt pour tester en grandeur nature des technologies pouvant être exploitées pour des avions spécifiques dans l’avenir.

10 % de consommation en moins

Pour ses tests, il va être alimenté avec du carburant d’aviation 100 % durable. Dans un premier temps, l’idée est donc d’améliorer les réacteurs Trent pour réduire leur consommation en carburant et, de fait, les émissionsémissions de CO2. En combinant cette technologie avec des architectures de fuselagefuselage optimisées, la réduction pourrait atteindre les 10%. Un taux qui ne parait pas spécialement impressionnant mais qui, sur le volumevolume des vols, présente un impact important. Le développement de ces technologies n’est cependant pas pour demain, car il faudra attendre les années 2030 pour commencer à voir ce type d’appareil voler. En revanche, certaines briques technologiques devraient débarquer sur les moteurs actuels et notamment sur les A350 les plus récents.


Continuer à lire sur le site d’origine