additif alimentairecolitecolite ulcéreusecolorantcolorant alimentairecolorant de synthèsemaladies inflammatoires chroniquesmaladies inflammatoires chroniques de l’intestinMICImicrobiotesrectocolite hémorragiqueSciencessérotonine

Le colorant Rouge allura AC, ou E129, serait impliqué dans l’apparition de maladies intestinales

Encore un additif alimentaire incriminé dans la susceptibilité aux maladies inflammatoires de l’intestin. D’après une nouvelle étude, une exposition prolongée au colorant « Rouge allura AC » pourrait provoquer la colite.

Le colorant alimentairecolorant alimentaire E129, aussi appelé « Rouge allura AC », est suspecté de déclencher des maladies inflammatoires de l’intestin. D’après des chercheurs de l’université McMaster (Canada), une consommation à long terme de ce colorant favorise la susceptibilité à la colite chez la souris, via la sérotoninesérotonine intestinale. En effet, le rouge allura AC augmenterait la production de ce neurotransmetteurneurotransmetteur présent dans l’intestin, ce qui modifierait ensuite la composition du microbiote intestinal et augmenterait la vulnérabilité à la colite.

L’additif alimentaire est un ingrédient courant des bonbons, boissons gazeuses, yaourts et fromages aromatisés, crèmes glacées, etc. Utilisé pour ajouter de la couleurcouleur et de la texturetexture aux produits alimentaires, il est toujours autorisé en France alors que certains pays européens l’ont interdit.

Un colorant déjà suspecté d’être dangereux

De précédentes études suggèrent également que la consommation de rouge allura AC engendre certaines allergies, des troubles immunitaires et des problèmes de comportement chez les enfants, tels que le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). La nouvelle étude publiée dans Nature communications suggère désormais un lien entre ce colorant alimentaire de synthèse (un facteur environnemental) et les maladies inflammatoires de l’intestin.

Les chercheurs notent que l’exposition intermittente au colorant chez les souris pendant 12 semaines n’influence pas la susceptibilité à la colite. « Cependant, cette exposition pendant la petite enfance prédispose les souris à une susceptibilité accrue à la colite. En outre, la consommation chronique induit une colite légère, qui est associée à des taux élevés de sérotonine dans le côlon et à une altération de la fonction de barrière épithéliale. »


Continuer à lire sur le site d’origine