L’Allemagne a encore manqué en 2022 son objectif de réduction d’émissions de CO2

L’objectif d’émettre 756 millions de tonnes de CO2 a été dépassé de 5 millions de tonnes l’année dernière, selon les calculs d’Agora Energiewende.

Source AFP

L'utilisation accrue du charbon et du petrole pour produire de l'electricite a fait augmenter les emissions de rejets polluants. (Photo d'illustration).
L’utilisation accrue du charbon et du pétrole pour produire de l’électricité a fait augmenter les émissions de rejets polluants. (Photo d’illustration). © Johan BEN AZZOUZ / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Temps de lecture : 2 min

L’Allemagne, première nation industrielle d’Europe, a de nouveau manqué en 2022 son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ayant dû consommer davantage d’énergies fossiles pour pallier le sevrage de gaz russe, selon une étude publiée mercredi. Les émissions de gaz à effet de serre de l’Allemagne ont atteint l’an dernier environ 761 millions de tonnes de CO2, soit sensiblement autant qu’en 2021, selon les calculs du groupe d’experts Agora Energiewende.

L’objectif d’émettre 756 millions de tonnes de CO2, inscrit dans la loi allemande sur la protection du climat, « a ainsi été dépassé de cinq millions de tonnes », explique un communiqué de cet organisme de référence. En d’autres termes, ces émissions ont chuté de près de 39 % par rapport à 1990, mais le pays reste éloigné de l’objectif de les réduire de 65 % d’ici à 2030. Pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés, l’Allemagne doit ainsi accélérer considérablement le développement des énergies renouvelables : selon les calculs d’Agora Energiewende, le rythme de construction des installations solaires devrait plus que doubler, celui des éoliennes terrestres plus que tripler et celui des parcs éoliens en mer plus que tripler.

Le bilan plombé par le secteur des transports et du bâtiment

En 2022, la consommation d’énergie a diminué de 4,7 % sur un an, en partie à cause des augmentations massives des prix du gaz naturel et de l’électricité, liée à la guerre russe en Ukraine, et de la météo clémente. Cependant, l’utilisation accrue du charbon et du pétrole pour produire de l’électricité, en remplacement du gaz russe dont les livraisons se sont arrêtées, a fait augmenter les émissions de rejets polluants.

À LIRE AUSSI2022 vue par la science : ce qui inquiète, ce qui donne de l’espoir

Le bilan du secteur des transports et du bâtiment est l’un des plus mauvais, ayant, comme en 2021, manqué la cible de réduction, tandis que l’industrie y est parvenue grâce à des mesures d’efficience et à la réduction de la production. « En 2023, le gouvernement doit inverser la tendance : moins d’énergies fossiles et toujours plus de renouvelables », commente Simon Müller, directeur Allemagne chez Agora Energiewende.

En 2022, 46 % de l’électricité a été produite à partir d’énergies renouvelables, soit un record, selon l’étude. Berlin veut porter cette part à 80 % d’ici à 2030. Le gouvernement d’Olaf Scholz a adopté d’importantes modifications législatives pour assouplir la régulation permettant l’installation d’éoliennes et de panneaux solaires. Ainsi, 2 % de la surface totale du territoire national seront affectés à l’éolien et les régions seront contraintes de mettre à disposition davantage de surfaces dans les années à venir.


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :