Ne pas boire assez d’eau expose à des problèmes de santé sérieux

L’eau est indispensable à presque toutes les formes de vie, dont les êtres humains. Ne pas en boire assez est associé à de nombreux problèmes de santé selon une étude récente. De plus, les scientifiques pensent que la déshydratation pourrait participer au vieillissement prématuré du corps chez les adultes. Qu’en est-il vraiment ?

Boire de l’eau est un geste anodin, pourtant beaucoup de personnes n’en boivent pas assez. Selon une étude ancienne, les Français ne boiraient pas assez d’eau au quotidien. Il est recommandé d’en boire entre 2 et 2,5 litres selon son mode de vie. Des chercheurs du National Heart Lung and Blood Institute (NHBLI) aux États-Unis pensent que l’hypohydratation ferait vieillir prématurément le corps humain en plus d’autres conséquences, et que, au contraire, boire suffisamment d’eau aurait un effet « anti-âge ».

Une hypothèse inspirée par les observations faites sur les souris, chez lesquelles la déshydratation prolongée raccourcie leur duréedurée de vie de six mois, soit l’équivalent d’une quinzaine d’années humaines. Pour étayer leur hypothèse, ils ont analysé des données récoltées auprès de 15 000 personnes âgées de 45 à 66 ans. Quelles sont leurs conclusions ?

La déshydratation associée à un âge biologique plus avancé et à des problèmes de santé sérieux

Dans cette étude, ce n’est pas la consommation d’eau journalière qui a été suivie mais la concentration sérique de sodiumsodium, un paramètre biologique qui dépend de l’absorption d’eau dont les valeurs normales sont comprises entre 135 et 146 mmol par litre. Une concentration sérique de sodium trop élevée est le signe d’une déshydratation. Deux mécanismes se déclenchent alors pour rétablir la situation : une sensation de soif apparaît et l’hypothalamus sécrète de la vasopressine, appelée aussi hormone antidiurétique, pour favoriser la réabsorption de l’eau dans les reins.

Voir aussi

Hydratation : sept astuces pour boire plus d’eau

Ainsi, les scientifiques américains ont suivi l’évolution de la concentration sérique de sodium des participants pendant 25 ans. Ils ont observé que ceux qui avaient des taux de sodium sérique supérieurs à 142 mmol/L — la fourchette haute des valeurs normales — avaient 10 à 15 % de risques supplémentaires d’être biologiquement plus âgés que les autres ; c’est 50 % pour ceux qui ont des taux dépassant les 144 mmol/L. Ici, l’âge biologique est calculé en prenant en compte 15 indicateurs biologiques différents comme la pressionpression sanguine ou la glycémieglycémie. Un taux de sodium sérique compris entre 144 et 146 mmol/L est aussi associé à un risque accru de mort prématurée de 21 % et un risque accru de 64 % d’avoir une maladie chronique.

Boire suffisamment pour préserver sa santé

Si cette étude ne permet pas de démontrer un lien de causalité entre le sodium sérique, l’âge biologique et la santé, Natalia I. Dmitrieva, chercheur au NHBLI et première autrice de l’étude parue dans eBioMedecine, précise que « ces recherches suggèrent qu’une hydratationhydratation suffisante pourrait ralentir le vieillissement et prolonger la période de la vie sans maladie ».

Une prise de sang permet de contrôler sa concentration de sodium dans le sang. Si elle est supérieure à 142 mmol/L, Natalia I. Dmitrieva recommande de boire plus d’eau et d’autres liquidesliquides ainsi que d’augmenter sa consommation d’aliments riches en eau comme les fruits et les légumes. 


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :