133 jours de la vie agitée du Soleil en vidéo accélérée : un régal !

Depuis presque 13 ans, la mission de la Nasa SDO scrute notre Soleil. Elle a ainsi apporté de précieuses informations aux astronomes. Et aujourd’hui, elle nous offre les images merveilleuses d’un petit moment de la vie de notre Étoile.

L’observatoire de la dynamique solaire, plus connu sous l’abréviation SDO (Solar Dynamics Observatory) a été lancé il y a près de 13 ans par la Nasa. Avec pour objectif d’en apprendre un peu plus sur l’activité de notre Soleil. La mission nous a, par exemple, montré des éruptions solaires à n’en plus finir et même des tornades de plasma et des vagues qui ondulent à la surface de notre Étoile. Le tout révélant un schéma de circulation de la matière solaire à grande échelle des plus complexe. Avec dans l’idée de prédire un jour les éjections de masse coronale (CME) qui peuvent impacter la vie sur Terre. Ou encore de percer les secrets des cycles solaires.

Alors que justement, notre Soleil se montre en ce moment particulièrement déchaîné, la Nasa publie aujourd’hui une étonnante vidéo retraçant 133 jours — entre le 12 août et le 22 décembre 2022 — d’enregistrements des instruments embarqués à bord de SDO. À une longueur d’onde ultraviolette extrême qui dévoile la couche la plus externe de l’atmosphère de notre étoile. Sa couronne. Un bref extrait de la vie de notre Soleil.

Plus d’un téraoctet de données par jour

Alors que notre Étoile tourne sur elle-même — elle accomplit un tour complet en 27 jours —, on y découvre des régions actives. Et un plasma chaud et incandescent piégé par des champs magnétiques qui s’élèvent en boucle au-dessus de ces régions. Ces régions sont également celles d’où partent les éruptions solaires. Autant d’éclairs lumineux déclenchés par la reconnexion des champs magnétiques.

Notez que si SDO garde, depuis 13 ans maintenant, constamment un œil sur notre Soleil, il arrive que des images noires reviennent aux astronomes. Lorsque la Terre ou la Lune passe entre le satellite de plus de 3 tonnes et notre Soleil. Et même si les instruments de SDO tombent parfois en panne, il continue de transmettre chaque jour aux chercheurs quelque 1,4 téraoctet de données.


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :