Publicités

Des maisons imprimées en 3D accueillent leurs habitants aux Pays-Bas

Ces cinq maisons aux formes futuristes, les premières à être louées et occupées par des habitants, seront implantées à Eindhoven aux Pays-Bas. Grâce à cette technique de construction, de tels bâtiments seront à l’avenir personnalisables au gré des envies des clients.

Elles ressemblent un peu à une base lunaire au milieu d’une forêt. Avec leur forme arrondie et leurs grandes fenêtres, ces cinq maisons préfigurent peut-être l’architecture de demain. Dès 2019, elles sortiront de terre près de Eindhoven, aux Pays-Bas, grâce à l’impression 3D. La ville sera la première au monde à mettre en vente des maisons fabriquées avec cette technologie. Le projet, nommé Project Milestone, émane de l’université technique d’Eindhoven, en partenariat la municipalité, l’entreprise de BTP Van Wijnen, le promoteur Vesteda, Saint Gobain-Weber Beamix et le bureau d’études Witteveen+Bos.

La première maison, d’une surface de 95 m2, comprendra seulement trois pièces. Elle sera fabriquée à l’université d’Eindhoven puis transportée sur place. Mais pour quatre autres, qui comprendront elles plusieurs étages, l’impression aura lieu directement sur le site… et servira en même temps de « démonstration » pour attirer le chaland, espère le promoteur, qui indique avoir déjà reçu plus de 20 candidatures pour la première maison en à peine une semaine.

L’impression repose sur un bras robotisé qui superpose des couches d’un béton spécial à la consistance « de crème glacée », afin qu’il puisse être facilement débité par la buse de la tête d’impression. Il se solidifie ensuite rapidement grâce à un additif modifiant ses propriétés rhéologiques. À partir d’un modèle informatique, « l’imprimante commence par le sol et imprime une couche de béton, qui monte ensuite jusqu’à l’étage. Ensuite, nous imprimons le sol, puis on recommence », détaille Theo Salet, professeur en construction de l’université technique d’Eindhoven.

Des possibilités de personnalisation infinies

Par rapport à la construction traditionnelle, l’impression 3D présente plusieurs avantages : elle réduit le gaspillage en adaptant au plus juste la quantité de béton nécessaire, réduit le coût de main-d’œuvre, et permet d’imaginer toutes sortes de formes et de détails impossibles à réaliser avec la construction traditionnelle. On pourra même choisir un béton de couleur, ajouter un isolant acoustique ou thermique à l’intérieur même du mur ou y intégrer des capteurs pour rendre la maison « intelligente » (contrôle de la lumière, du chauffage, de la sécurité…). De même, le réseau d’eau et d’électricité sera dessiné au fur et à mesure dans la structure selon le modèle informatique (BIM), supprimant toute l’étape d’aménagement intérieur.

De nombreux projets à travers le monde

L’université d’Eindhoven n’en est pas à son coup d’essai : elle est déjà à l’origine en 2017 du premier pont imprimé en 3D à Gemert. Et elle n’est pas la seule à miser sur cette technique. Depuis le premier « robot maçon » de Contour Crafting présenté en 2004, les projets se multiplient à travers le monde. À Nantes, une maison imprimée en 3D est sortie de terre en mars dernier pour servir d’habitat social. La technologie était cependant différente : seul le « moule » en mousse polyuréthane dans lequel on coule le béton était imprimé par le robot. Un autre projet, porté par l’entreprise Vilogia, est à l’étude à Lille avec cette fois une impression en béton. À Austin au Texas, la start-up Icon a présenté en mars un prototype de maisons imprimables en 12 à 24 heures, pour à peine 4.000 dollars, avec salon, chambre, salle de bains et terrasse. Objectif : fournir des habitations pour les populations défavorisées.

Tout cela arrivera peut-être plus vite que l’on ne pense. Selon Rudy van Gurp, un représentant de Van Wijnen, 5 % des habitations aux Pays-Bas seront ainsi imprimées en 3D d’ici cinq ans.

Ce qu’il faut retenir

  • Cinq maisons imprimées en 3D par l’université technique d’Eindhoven seront habitées dès 2019.
  • La technologie permet de personnaliser la forme et la couleur des habitations.
  • On peut intégrer des capteurs à l’intérieur même du mur pour rendre la maison « intelligente ».

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

Cela vous intéressera aussi

À voir aussi : 


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :