Publicités

Enseignement supérieur : la France à la 3e place mondiale

Université de Paris Saclay

16 août 2021

Enseignement supérieur : la France à la 3e place mondiale

L’excellence des universités françaises et la force de leurs liens avec les organismes nationaux de recherche permet à la France de conserver son rang mondial au classement dit de Shanghai. Détails.

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, se réjouit du classement 2021 de l’Academic Ranking of World Universities (ARWU), plus connu sous le nom de « classement de Shanghai », où la France se hisse à la 3e place.

Cette position renforcée des universités françaises renforce la reconnaissance internationale de l’excellence et de l’attractivité des établissements scientifiques français.

« J’adresse toutes mes félicitations aux établissements qui ont été distingués et à travers eux à toutes les équipes qui les font vivre au quotidien. Encore une fois, la France rayonne au meilleur niveau international grâce à l’excellence de ses universités, de ses écoles et de ses organismes de recherche. Plus que jamais, les nouveaux modèles d’universités mis en place en 2018 font leur preuve : trois des quatre universités françaises classées dans le TOP 100 sont ainsi issues de cette politique de regroupement d’établissements. Cette progression française est aussi le reflet de notre politique ambitieuse en matière d’enseignement supérieur et de recherche : investissements massifs avec la Loi Recherche, le déploiement du PIA 4 appuyé par le plan de relance et une augmentation significative du budget de l’ESRI depuis 2017, confirmation de nouvelles initiatives d’excellence… Notre ambition, c’est de porter en France les prochaines générations de scientifiques au plus haut niveau international », a déclaré Frédérique Vidal.

La progression de l’Université Paris-Saclay

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation salue tout particulièrement la progression de l’Université Paris-Saclay qui passe de la 14e à la 13e place après s’être illustrée en mai dernier pour la deuxième année consécutive au 1er rang mondial pour les mathématiques dans le classement de Shanghai. Sorbonne Université progresse de quatre places pour atteindre le 35e rang mondial. Paris Sciences et Lettres ainsi que l’Université de Paris se maintiennent respectivement dans le TOP 50 et le TOP 100 mondial. La ministre félicite également l’INSA Toulouse et Montpellier Business School pour leur entrée dans ce classement.

La France et le classement thématique de 2021

Les universités françaises ont déjà été distinguées à l’occasion du classement thématique de Shanghai, en mai 2021 : pas moins de 83 établissements français y figuraient, dont 40 parmi les 100 premiers mondiaux pour au moins une thématique (+3 par rapport à 2020), permettant ainsi à la France de se classer à la 1e et 3e place en mathématiques, à la 3e place en écologie ainsi qu’en océanographie, entre autres.

25 milliards d’euros supplémentaires

Cela vient ainsi confirmer la politique menée en matière d’enseignement supérieur et de recherche par la France : une dynamique renforcée par la mise en œuvre de nouvelles formes de regroupements expérimentaux entre établissements et qui le sera d’autant plus avec la loi du 24 décembre de programmation pluriannuelle de la recherche.

Avec un soutien de 25 Md€ supplémentaires au cours des 10 prochaines années, la programmation de la recherche permettra à la France de continuer de se distinguer parmi les grandes nations scientifiques. Cet investissement s’articulera dans le sens d’une ambition commune avec les investissements d’avenir, le plan de relance, le programme de recherche « Horizon Europe » ainsi que les contrats de plan État-Région.

Le classement de Shanghai

Effectué par l’Université chinoise Jiao Tong depuis 2003, ce classement a pour objet d’évaluer l’engagement des établissements d’enseignement supérieur dans leurs activités de recherche.
Les 1 000 meilleures universités mondiales sont classées selon 6 critères pondérés : le nombre d’alumni prix Nobel et Médailles Fields Alumni (10 % de la note globale), le nombre d’enseignants-chercheurs Prix Nobel et Médailles Fields (20 %), le nombre de chercheurs hautement cités (20 %), le nombre d’articles publiés dans Nature and Science (20 %), le nombre d’articles indexés dans Science Citation Index-Expanded et Social Science Citation Index (20 %) ainsi que la performance académique des professeurs, reprenant les 5 indicateurs précédents divisé par le nombre d’enseignants-chercheurs permanents (10 %).


Source
Auteur: Gouvernement.fr

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :