Midterms 2022 : les républicains en avance à la Chambre des représentants, bataille très serrée pour le Sénat… Ce qu’il faut retenir des résultats partiels

A quoi ressemblera le Congrès américain pour les deux dernières années de mandat de Joe Biden ? Les républicains ont une longueur d’avance sur les démocrates à la Chambre des représentants, tandis que la bataille continue d’être très serrée pour le contrôle du Sénat, selon les résultats des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, publiés mercredi 9 novembre par l’agence Associated Press*. 

>> Midterms 2022 : suivez les résultats des élections de mi-mandat et les réactions dans notre direct

Les midterms sont très régulièrement un vote sanction pour le président en exercice. Les républicains décrocheront-ils la majorité dans les deux chambres ? Voici ce qu’il faut retenir des résultats encore partiels de ces élections de mi-mandat. 

Les républicains en tête à la Chambre des représentants

Une majorité bientôt rouge à la Chambre des représentants, équivalent américain de l’Assemblée nationale ? Mercredi à la mi-journée (heure française), les républicains maintenaient leur longueur d’avance à la chambre basse du Congrès, avec 199 sièges contre 172 pour les démocrates. Cette assemblée était jusqu’à présent composée de 220 démocrates et de 212 républicains. Pour obtenir une majorité, un camp doit remporter au moins 218 sièges (435 sièges au total).

L’élue progressiste Alexandria Ocasio-Cortez a été réélue à New York, tout comme l’actuelle présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, en Californie. La républicaine Marjorie Taylor Greene, proche de la mouvance QAnon et connue pour ses propos racistes et complotistes, a également conservé son siège.

Les deux camps au coude-à-coude au Sénat 

La bataille s’annonçait très serrée pour renouveler 35 des 100 sièges du Sénat. Et elle l’est. Mercredi à la mi-journée (heure française), les partis démocrate et républicain sont au coude-à-coude, avec 48 sièges chacun

Le camp conservateur a obtenu une victoire symbolique grâce au républicain J.D. Vance, soutenu par Donald Trump et élu sénateur de l’Ohio face au démocrate Tim Ryan. Du côté des démocrates, le candidat John Fetterman a été élu en Pennsylvanie face au chirurgien Mehmet Oz, soutenu par Donald Trump. Une victoire de taille pour le camp de Joe Biden, qui lui permet de récupérer un siège tenu jusqu’à présent par un républicain.

Autre succès pour les démocrates : la sénatrice Maggie Hassan, qui faisait face au républicain Donald Bolduc, a également été réélue dans l’Etat du New Hampshire. Le sénateur de l’Etat de New York Chuck Schumer, chef de la majorité démocrate au sein de la chambre haute, a quant à lui été réélu pour un cinquième mandat.

Le dépouillement des votes continue dans cinq Etats : l’Arizona, le Wisconsin, le Nevada, la Géorgie (où il pourrait y avoir un 2e tour début décembre) et l’Alaska (qui sera quoi qu’il arrive pour le camp républicain).

Les gouverneurs républicains Ron DeSantis et Brian Kemp réélus 

Lors de ces élections de mi-mandat, les Américains étaient également appelés à choisir 36 gouverneurs. Le républicain Ron DeSantis, rival de Donald Trump au sein du parti et gouverneur sortant de Floride, a été réélu à son poste. En Géorgie, le gouverneur sortant Brian Kemp l’emporte de nouveau face à la démocrate Stacey Abrams, connue pour son travail de mobilisation de nouveaux électeurs démocrates dans l’Etat.

En Pennsylvanie, le démocrate Josh Shapiro est élu face à son rival Doug Mastriano, pour remplacer l’actuel gouverneur démocrate Tom Wolf. Mastriano fait partie des « deniers » (du verbe anglais « deny », pour « nier »), ces nombreux candidats républicains qui mettent en doute la validité de l’élection de Joe Biden en 2020. Un autre démocrate, Wes Moore, est élu gouverneur du Maryland face au républicain Dan Cox. Il remplacera l’actuel gouverneur républicain de l’Etat, Larry Hogan. Les démocrates décrochent également le poste de gouverneur dans l’Etat du Massachusetts, selon les résultats publiés par l’agence AP.

Plus de 100 « deniers » élus parmi les républicains 

Plus de 370 candidats républicains se présentant à ces élections de mi-mandat sont des « deniers » (du verbe anglais « deny » pour « nier »). Selon un décompte du Washington Post*, 164 d’entre eux avaient été élus, mercredi en fin de matinée (heure française). 

Parmi eux, certains ont été élus à des postes de secrétaires d’Etat, une fonction dont l’une des missions principales est de superviser l’organisation des élections à l’échelle d’un Etat. 

Les démocrates résistent mieux que prévu 

Les résultats encore partiels du scrutin montrent une certaine résistance des démocrates à la « vague rouge » républicaine qui était annoncée. « Bien que plusieurs élections soient encore trop serrées pour qu’on puisse annoncer un vainqueur, il est clair que les candidats et élus démocrates de la Chambre dépassent largement les prévisions, dans tout le pays », s’est félicité la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. « Ce n’est certainement pas une vague républicaine, ça c’est sûr », a convenu de son côté le sénateur républicain Lindsey Graham sur NBC.

« Les républicains espéraient une reprise du récit politique, un message pour montrer à quel point ils étaient remobilisés. Le résultat est beaucoup plus mitigé que ça », analyse auprès de franceinfo Célia Belin, docteure en sciences politiques à l’université Panthéon-Assas, chercheuse à la Brookings Institution et auteure du livre Des démocrates en Amérique (Fayard). « Le plus important, c’est la bataille qui se joue en interne au sein du parti républicain. »

De nouveaux visages parmi les élus 

La génération Z arrive au Congrès américain. Le démocrate de Floride Maxwell Frost, 25 ans, a été élu à la Chambre des représentants, où l’âge moyen est de 58 ans. Dans l’Etat du Massachusetts, la candidate démocrate Maura Healey a été élue, devenant ainsi la première gouverneure ouvertement gay aux Etats-Unis.

Le démocrate Wes Moore devient quant à lui le premier gouverneur noir de l’Etat du Maryland et, dans le New Hampshire, James Roesener est le premier homme transgenre à entrer dans un parlement local outre-Atlantique.

*Ces liens renvoient vers des contenus en anglais. 


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :