Guillaume Meurice change d’éditeur pour un livre qui écornait Vincent Bolloré

Le Fin Mot de l’histoire en 200 expressions, qui écornait le milliardaire Vincent Bolloré, et avait été déprogrammé par Le Robert, va être édité par Flammarion.

Un livre cosigné par le chroniqueur radio Guillaume Meurice, qui écornait le milliardaire Vincent Bolloré, et qui avait été déprogrammé par Le Robert, va être édité par Flammarion, a-t-on appris mardi auprès de cette maison d’édition.

Flammarion a confirmé à l’AFP une information du magazine Télérama au sujet de ce changement d’éditeur. Le Fin Mot de l’histoire en 200 expressions, écrit par Guillaume Meurice, une vedette de France Inter, et Nathalie Gendrot, devait sortir en septembre aux éditions Le Robert. Cet éditeur est une filiale d’Editis et donc de Vivendi, qui appartient à Vincent Bolloré. Mais ce livre n’a jamais vu le jour.

Editis avait relevé des risques de poursuites judiciaires pour diffamation ou injure, notamment dans un passage humoristique évoquant Vincent Bolloré. Le groupe souhaitait modifier plusieurs passages. L’auteur a fermement refusé, avant d’aller chez un concurrent, Flammarion, qui appartient au groupe Madrigall (Gallimard, POL, Minuit, Denoël, J’ai lu, etc.).

Une « pré-préface » de Guillaume Meurice

Le Fin Mot de l’histoire: 201 expressions pour épater la galerie doit sortir le 1er mars, avec un bandeau qui précisera: « Le livre que vous avez failli ne jamais lire ». « C’est un retour à la maison pour Guillaume Meurice, qui a déjà été édité chez Flammarion », a expliqué à l’AFP l’éditeur de ce livre, Guillaume Robert.

« Comme j’adore les livres d’expressions françaises, c’était du pain bénit: un livre dont tout le monde parlait, pour lequel tout Paris a appelé les auteurs. Une fois le contrat résilié avec Le Robert, ils ont vu beaucoup d’éditeurs. Je tenais à leur parler du bouquin, avant d’évoquer l’affaire », a-t-il ajouté.

Toute la mise en page a été revue, et une expression a été ajoutée afin de pouvoir donner un titre différent. Le livre contiendra une « pré-préface » de Guillaume Meurice où celui-ci détaillera la controverse et le changement d’éditeur.

J.L. avec AFP


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :