Réduction des délais de délivrance des titres d’identité : « Une bonne chose mais ça veut dire 500 agents communaux » de plus, souligne l’AMF

Philippe Laurent, vice-président de l’Association des maires de France prévient que recruter des agents pour travailler derrière les « 500 guichets » supplémentaires annoncés par l’exécutif risque d’être compliqué pour les communes, déjà confrontées à « des difficultés de recrutement ».

Article rédigé par

Radio France

Publié le 14/01/2023 10:43

Temps de lecture : 1 min.

« C’est une bonne chose, ça va dans le bon sens », souligne samedi 14 janvier sur franceinfo Philippe Laurent, vice-président de l’Association des maires de France, au lendemain des annonces gouvernementales pour raccourcir les délais d’obtention des titres d’identité. Actuellement, « le temps moyen » pour obtenir rendez-vous en mairie afin de refaire son passeport ou sa carte d’identité est « de l’ordre de deux mois, ensuite il faut ajouter un à deux mois pour le temps de fabrication du document par les services de l’État », explique le maire de Sceaux.

Face à ces délais « anormaux », l’exécutif prévoit d’ouvrir 500 nouveaux guichets et de doter les communes de 20 millions d’euros supplémentaires. « Mais derrière la machine » électronique pour recueillir les empreintes, « il faut du monde, ça veut dire 500 agents communaux supplémentaires qu’il faut trouver et rémunérer », plaide Philippe Laurent. Le vice-président de l’Association des maires de France prévient que cela risque d’être compliqué pour les communes car elles sont déjà confrontées à « des difficultés de recrutement ». « Ça peut être des contractuels, mais ça n’empêche pas, les difficultés de recrutement restent là », déplore-t-il. Philippe Laurent rappelle que en effet « les contractuels sont payés comme des fonctionnaires, ce sont des agents de catégorie C avec une rémunération relativement faible ».

Le vice-président de l’Association des maires de France appelle également les Français à la responsabilité. Il conseille notamment à ceux qui prennent des rendez-vous dans plusieurs communes d’annuler les rendez-vous qu’ils ne tiendront pas. Il demande aussi aux « concitoyens d’anticiper beaucoup plus ». S’il reconnaît que certaines demandes de renouvellement de titres d’identité relèvent de « cas particuliers, comme un vol, une perte » ou un voyage au dernier moment « à cause d’un imprévu familial », d’autres demandes peuvent être réalisées plus tôt. « Il faut que chacun regarde les dates d’échéance pour se donner 4 à 5 mois de délai », ajoute Philippe Laurent.


Continuer à lire sur le site France Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :