Publicités

Une enquête met en cause la directrice du FMI, accusée de pressions pour ménager Pékin

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a fait pression en 2017 pour modifier un rapport de la Banque mondiale, où elle était en poste à l’époque, afin de ménager la Chine, affirme une enquête indépendante commandée par l’institution internationale et rendue publique jeudi.
Mme Georgieva s’est dite “en désaccord” avec les conclusions de cette investigation, dont les auteurs ont interrogé plusieurs dizaines d’employés, actuels et anciens, et passé au crible 80.000 documents.
Face à ces révélations, la Banque mondiale a annoncé qu’elle arrêtait la publication de son rapport annuel “Doing Business” – c’est celui pour 2018 qui est ici incriminé.
Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :