Sans-abri : Ian Brossat en appelle à l’Etat

Alors que le plan Grand froid a été déclenché par l’Etat lundi 12 décembre 2022, le ministre du Logement Olivier Klein vient d’annoncer l’ouverture de 30 places d’hébergement dans l’enceinte même de la préfecture de région, dans le 15e arrondissement de Paris, pour accueillir des femmes isolées.

Sans-abri à Paris. © Jgp

Ian Brossat. © Jgp

« L’Etat se doit d’être exemplaire dans cette période », estime l’ancien maire de Clichy-sous-Bois, qui effectue ce jeudi 15 décembre un déplacement à Paris dans le cadre du déclenchement du plan Grand froid avec Jean-Christophe Combe, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.

Mais Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du logement, souhaite que l’on accroisse l’effort. Il demande que l’Etat utilise son droit de réquisition, dont la Ville ne dispose pas, pour augmenter le nombre de places d’hébergement, face à la rigueur de l’hiver. L’élu communiste vient de proposer une liste de bâtiments qui pourrait ainsi faire l’objet d’une réquisition par l’Etat. Il rappelle que l’on dénombre actuellement 700 enfants scolarisés dans la Capitale qui dorment dehors chaque nuit.

Selon David Belliard, adjoint EELV à la mairie de Paris, 2 600 personnes sans-abri ont été recensées dans les rues de la Capitale lors des derniers comptages. Mais l’État n’a ouvert que « 130 places en Ile-de-France », donnant lieu à « une situation catastrophique », regrette-t-il, comme le rapporte BFM Ile-de-France.

Les non-ukrainiens pas admis au Paris Event center

En amont du Conseil de Paris, qui se tient actuellement, le premier adjoint Emmanuel Grégoire déplorait mardi 13 décembre qu’un centre d’accueil mis en place par l’Etat, au sein du Paris Event center, Porte de la Villette, pour héberger des réfugiés ukrainiens, refuse d’y accueillir des sans-abris d’autres nationalités.

Emmanuel Grégoire, mardi 13 décembre, dans son bureau. © Jgp

Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a rejeté, en effet, lundi 5 décembre, la demande des associations Médecins du monde et Utopia 56 d’ouvrir aux autres nationalités ce centre d’hébergement. Le tribunal motive sa décision par le fait que le dispositif d’accueil des réfugiés ukrainiens « est spécifique de manière à ne pas saturer les dispositifs de droit commun de l’hébergement d’urgence ».

Le Paris Event center compte entre 200 et 250 lits. Il n’accueille en moyenne qu’entre 120 et 130 personnes par nuit, selon les chiffres fournis par la préfecture d’Ile-de-France au tribunal, rappelle le quotidien La Croix.


Go to Source
Author: Jacques Paquier

%d blogueurs aiment cette page :