La romancière britannique Hilary Mantel, deux fois lauréate du Booker Prize, est morte à 70 ans

L’autrice birtannique est morte jeudi à l’âge de 70 ans. Elle était principalement connue pour la trilogie « Le Commandeur », qui a provoqué des files d’attente en librairie.

La romancière britannique Hilary Mantel, première autrice à avoir remporté deux fois le prestigieux Booker Prize, est morte à l’âge de 70 ans, a annoncé vendredi son éditeur HarperCollins.

« C’est avec une grande tristesse qu’HarperCollins annonce que l’autrice à succès Dame Hilary Mantel est morte paisiblement, entourée de sa famille et de ses amis proches, hier (jeudi) à 70 ans », indique la maison d’édition dans un communiqué.

Hilary Mantel avait été faite Dame commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 2014, comme le rapporte la RTBF. Depuis la publication de son premier livre en 1985, C’est tous les jours la fête des mères, l’écrivaine avait publié 17 livres, mais est surtout connue pour sa trilogie Le Conseiller, dédiée à la vie tumultueuse de Thomas Cromwell, un des principaux acteurs de la Réforme en Angleterre.

Des files d’attente devant les librairies

Les deux premiers volets de la série traduite dans 41 langues, Dans l’ombre des Tudor et Le Pouvoir, lui ont valu de remporter deux fois le prestigieux Booker Prize. Le dernier volet, publié en 2020, avait aussi été salué par la critique et avait déclenché des files d’attentes devant les librairies le jour de sa sortie.

Née le 6 juillet 1952 dans le Derbyshire (centre de l’Angleterre) dans une famille d’origine irlandaise, Hilary Mantel (née Thompson) a grandi avec le désavantage d’être « femme, du Nord et pauvre », racontait-t-elle dans ses mémoires Giving Up the Ghost, publiées en 2003.

Elle y imaginait aussi sa vie avec une fille qu’elle n’aura jamais eue, devenue infertile après une opération contre l’endométriose, un mal alors peu connu dont elle a longtemps souffert. Baptisée Catriona, il est sans doute le fantôme le plus déchirant des nombreux spectres qui parsèment son oeuvre.

Un « incroyable héritage littéraire »

Après avoir étudié le droit à la London School of Economics, puis à l’université de Sheffield, elle a suivi son fiancé géologue devenu ensuite son mari, vivant au Botswana pendant cinq ans, puis quatre ans en Arabie saoudite, avant de revenir en Grande-Bretagne au milieu des années 1980.

« Hilary était la meilleure de sa génération, de l’époque, une romancière importante, courageuse, avec une immense empathie pour ses sujets. (…) Sa compagnie, sa sagesse, son humour nous manqueront à tous, et nous chérirons son incroyable héritage littéraire », lui a rendu hommage Charlie Redmayne, PDG d’HarperCollins au Royaume-Uni, cité dans le communiqué.

Hommage de J.K. Rowling

Chacun de ses livres constituait « une trame inoubliable de phrases lumineuses, de personnages inoubliables et d’une vision remarquable », a salué son ancien éditeur Nicholas Pearson, racontant que l’écrivaine travaillait encore le mois dernier à un nouveau roman.

« Nous avons perdu un génie », a réagi sur Twitter l’autrice de la saga Harry Potter J.K. Rowling. « Tout le monde au Booker Prize est profondément triste » de la mort d’Hilary Mantel, affiche quant à lui le compte Twitter du plus célèbre prix littéraire britannique.

B.P. avec AFP


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :