Fraude aux manuscrits anciens : la secrétaire d’État Charlotte Caubel dans la tourmente

Réservé aux abonnés

Charlotte Caubel est visée par une plainte. L’ex-dirigeant d’Aristophil l’accuse d’avoir violé le secret professionnel, alors qu’elle était détachée à Tracfin.

Par Clément Fayol et Erwan Seznec

Temps de lecture : 7 min

Gérard Lhéritier, fondateur de la société Aristophil spécialisée dans la vente de manuscrits en indivision, a déposé une plainte contre X pour « violation du secret professionnel et recel », visant Charlotte Caubel, actuelle secrétaire d’État chargée de l’Enfance, ainsi que plusieurs hauts fonctionnaires des services du ministère de la Culture.

Les faits remontent à la période où Charlotte Caubel était en poste au service de renseignement Tracfin. Ils tiennent en une note de bas de page dans un document du ministère de la Culture : « La conseillère juridique de Tracfin, Mme Charlotte Caubel, est entrée en contact il y a quelques mois avec M. Dominique Coq, chef du bureau du Patrimoine. » Cette petite ligne dans un document de huit pages daté de janvier 2014 est au cœur des interrogations…

Je m’abonne

Offres exclusives: -50% la première année


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :