Rivalité avec son frère William, mort de sa mère Diana… Les principales déclarations du prince Harry dans son interview à ITV

Deux jours avant la sortie de son livre « Le suppléant », le duc de Sussex a accordé un entretien à la chaîne britannique « ITV », dimanche soir.

Une soirée avec Harry pour des millions de Britanniques. Quarante-huit heures avant la sortie très attendue de son livre Le suppléant, le duc de Sussex a accordé une longue interview à la chaîne britannique ITV, dimanche 8 janvier. La rivalité avec son frère William, l’enterrement de sa mère, Diana, le désir de se réconcilier avec sa famille… Franceinfo vous résume les principales déclarations du prince Harry.

Sur les raisons pour lesquelles il a écrit ce livre

Harry confie avoir subi « 38 ans … de déformations et manipulations intentionnelles », ce qui l’a conduit à écrire ses mémoires qu’il juge « nécessaires » pour établir « des faits historiques ». Mais rien « n’a été fait avec l’intention de blesser ou de faire du tort » à son père Charles III, son frère William ou sa famille. Il dit avoir eu besoin de s’exprimer car « certains membres ont décidé de s’allier avec le diable pour réhabiliter leur image », à ses dépens et à ceux de sa famille.

Sur l’enterrement de sa mère

Harry évoque le jour des funérailles de sa mère Diana, en 1997, quand, âgé de 12 ans, il a marché derrière son cercueil. « Le cliquetis des brides (…) les sabots frappant le béton et parfois (…) le gravier sous le pied et les cris de la foule », se souvient-il. « Mais sinon, le silence complet est quelque chose qui restera à jamais gravé dans ma mémoire ». Il avoue n’avoir « pleuré qu’une seule fois, à son enterrement »

Sur la mort de Diana

Harry a dit avoir lu le dossier secret du gouvernement sur la mort de Diana, expurgé notamment par son secrétaire privé des photos de l’accident de voiture. Il explique avoir emprunté, à l’âge adulte, le tunnel du pont de l’Alma, à Paris, où Diana a trouvé la mort.

« Il y a beaucoup de choses qui restent inexpliquées, estime-t-il. Mais on m’a déjà demandé si je voulais ouvrir (…) une autre enquête. Je n’en vois pas vraiment l’utilité à ce stade. »

Sur sa relation avec son frère William

Harry parle de sa longue rivalité avec son frère William, comment, petits, ils avaient pour habitude de se battre, comment William l’ignorait à l’école et a même essayé de lui faire raser sa barbe avant son mariage avec Meghan. Il accuse William d’avoir ensuite cru naïvement la manière dont les tabloïds britanniques dépeignaient Meghan, ce qui a donné lieu à une altercation physique entre les deux frères.

Il raconte que William et Kate étaient pourtant fans de la série américaine Suits, dans laquelle Meghan tient le rôle principal. Mais son frère et sa belle-sœur ne s’attendaient pas, selon lui, à ce qu’il ait une relation avec une actrice américaine métisse et divorcée. « Il y a eu beaucoup de stéréotypes » à son sujet qui ont « créé un obstacle » pour l’accueillir totalement dans la famille. William n’a cependant « jamais tenté de [le] dissuader d’épouser Meghan, mais il a exprimé des inquiétudes », précise Harry.

Sur les allégations de racisme de la famille royale

Le duc de Sussex dément avoir, lui ou Meghan, accusé la famille royale de racisme lorsqu’un de ses membres s’était interrogé sur la couleur de peau de leur enfant à naître. Il parle plutôt de « préjugés inconscients » auxquels il faut s’attaquer. Il cite en exemple un récent incident, au cours duquel une amie proche de la défunte reine Elizabeth II, Susan Hussey, a demandé à plusieurs reprises à la militante britannique noire Ngozi Fulani d’où elle était « réellement originaire ».

« Je n’ai jamais été aussi heureux »

Harry assure croire « à 100% » qu’il peut se réconcilier avec sa famille ce qui pourrait avoir un « effet domino dans le monde entier ». Mais il concède qu’il « ne pense pas que son père ou son frère liront le livre ».

Harry est maintenant « dans un bon état d’esprit » pour avoir une conversation délicate avec sa famille. « Cela a été dur, je ne vais pas mentir », a-t-il dit à propos des dernières années, mais « la réalité est que je n’ai jamais été aussi heureux ».


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :