Publicités

L’oeil du marché : “Les producteurs vont soit ajuster leurs prix, soit subir la hausse des coûts et accepter une baisse de la rentabilité”

La Bourse de Paris repartait à la baisse, en l’absence d’indicateurs majeurs, les investisseurs tentant toujours d’évaluer les risques que fait peser le variant Omicron pour la croissance mondiale. Après un léger rebond fugace à l’ouverture, la cote parisienne reprenait sa tendance baissière des deux dernières séances de la semaine dernière. À 9H35, l’indice CAC 40 perdait 0,71 % ou 51,15 points à 7 168,33 points.

Depuis mi-décembre, le variant Omicron se propage rapidement dans le monde et s’accompagne de restrictions compromettant la croissance.

Le Fonds monétaire international a prévenu lundi que les économies émergentes devraient se préparer “à des épisodes de turbulences économiques” alors que la banque centrale américaine va relever ses taux directeurs et que la croissance mondiale ralentit en raison du variant Omicron du Covid-19.

Les investisseurs semblent déjà bien préparés à une ère de durcissement monétaire“, selon Saxo Banque. Ils s’attendent à une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine dès le mois de mars et à une réduction de son bilan dans un processus de normalisation de sa politique monétaire tandis que l’inflation continue de grimper.

Les données sur l’inflation qui seront publiées mercredi aux États-Unis et en Chine domineront le calendrier économique de cette semaine qui comprendra aussi des interventions de certains responsables de la Fed, dont son patron Jerome Powell.

D’ici là les investisseurs vont surveiller l’évolution des taux américains et garder un oeil sur les négociations entre les Etats-Unis et la Russie au sujet de l’Ukraine“, indiquent les experts d’Aurel BGC.

Les opérateurs de marché seront également attentifs aux prix américains à la production qui devraient montrer “une nouvelle fois que la hausse des prix à la production est supérieure à la hausse des prix à la consommation et que, soit les producteurs vont ajuster leurs prix, résultant sur une hausse de l’inflation, soit, subir la hausse des coûts et accepter une baisse de la rentabilité“, prévoit Vincent Boy, analyste marchés chez IG France.

Et de noter que “ces deux scénarios sont de nature à déplaire aux investisseurs et aux marchés“.

Vendredi, les investisseurs prêteront attention au coup d’envoi de la saison des résultats du dernier trimestre 2021 donné par les banques américaines JPMorgan Chase, Citi Wells Fargo mais aussi BlackRock.

À 10H07 (9H07 GMT), le Bel 20 à la Bourse de Bruxellesdiminuait de 0,80 %, à 4 271,98 points, suivi du DAX de la Bourse de Francfort (-0,51 %, à 15 865,73 points) et du FTSE-100 à la Bourse de Londres(-0,27 %, à 7 464,94 points).

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :