Publicités

Qui sont les deux candidats pressentis pour diriger la Fed ?

Deux candidats sont pressentis pour diriger la banque centrale américaine, Jerome Powell et Lael Brainard. La décision pourrait être annoncée cette semaine par Joe Biden, et son choix devra ensuite être approuvé au Sénat.

L’actuel président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, rempilera-t-il en février pour un second mandat de quatre ans ? Ou sera-t-il remplacé par Lael Brainard, seule gouverneure démocrate de l’institution ?

Selon les médias américains, tous deux ont été reçus le 4 novembre par Joe Biden, qui avait promis deux jours plus tôt une annonce rapide. Le président doit choisir le futur patron de la Fed parmi les gouverneurs de l’institution, et sa décision est très attendue.

Pour le Sénat, qui a le dernier mot, ce choix est devenu un élément de négociation supplémentaire entre aile gauche et aile droite des démocrates, déjà en pleines discussions sur le plan de dépenses sociales et environnementales de M. Biden.

La décision de renommer ou non M. Powell à la tête de la Fed est “politique, politique, politique”, résume Jay Bryson, chef économiste pour Wells Fargo.

“Ce qui est important, c’est que le président Biden choisisse quelqu’un d’expérimenté et de crédible”, avait assuré dimanche la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, sur la chaîne CBS. “Et il y a un éventail de candidats”, a-t-elle ajouté.

Jusqu’alors, Mme Yellen a semblé soutenir le président sortant. “J’ai déjà dit que je pensais que le président Powell avait fait du très bon travail à la tête de la Fed pour résoudre les problèmes, en particulier ceux posés lorsque la pandémie a frappé”, a d’ailleurs répété dimanche la ministre de l’Economie et des Finances de Joe Biden.

Soutien des républicains

Janet Yellen avait été la première femme à diriger la Fed, mais n’avait pas été reconduite pour un second mandat, comme le veut la tradition. Les désaccords étaient profonds avec le républicain Donald Trump, alors président, et celui-ci l’avait écartée de l’institution et remplacée par Jerome Powell.

Ce dernier avait, paradoxalement, intégré la Fed en 2012 grâce à l’ancien président démocrate Barack Obama, qui l’y avait nommé gouverneur.

Jerome Powell “est considéré comme le favori”, a expliqué à l’AFP Jay Bryson.

Il précise que “si, aujourd’hui, Biden publie le nom de Powell, la plupart des sénateurs républicains soutiendront sa nomination. Powell serait facilement approuvé au Sénat. Pour Brainard, c’est différent”.“Le président Biden veut-il prendre le risque d’une grande bataille sur sa confirmation alors qu’il est déjà en négociations” sur bien d’autres sujets ? s’interroge-t-il.

L’actuel président de la Fed bénéficie en effet d’un confortable soutien à gauche comme à droite.

Le Wall Street Journal, citant des personnes proches du dossier, a toutefois relevé lundi que Lael Brainard avait “mieux réussi qu’attendu” son entretien avec Joe Biden, début novembre.

Différence “ténue”

Mme Brainard, qui avait l’an passé été pressentie pour devenir secrétaire au Trésor de Joe Biden, est toutefois moins consensuelle. Fervente défenseure d’une régulation bancaire plus stricte, elle est notamment soutenue par l’aile gauche du parti, qui souhaite une action de la Fed plus tournée vers les risques climatiques et la justice sociale et économique.

Elle figure parmi les “colombes” monétaires, partisane de taux bas et d’un soutien à l’économie.

Mais depuis le début de la crise liée au Covid-19, Jerome Powell s’est lui aussi montré particulièrement favorable à une politique accommodante.

Ainsi, “en termes de politique monétaire, la différence est ténue entre Powell et Brainard”, note Jay Bryson, citant essentiellement la régulation bancaire.

Outre Jerome Powell et Lael Brainard, quatre autres gouverneurs sont actuellement en poste. Mais un siège étant vacant, la Maison Blanche pourrait également choisir quelqu’un d’extérieur, le nommer gouverneur, puis président.

Joe Biden devra aussi remplacer Randal Quarles, nommé par Donald Trump et qui quittera la Fed fin décembre suite à sa démission, ainsi que Richard Clarida, également nommé par l’ancien président républicain, et dont le mandat expire fin janvier 2022.

Joe Biden a ainsi l’occasion de retoucher la couleur politique de la puissante Réserve fédérale.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :